Peut-on libérer le travail et l’entreprise?

Peut-on travailler en mode collaboratif?
18 novembre 2016

Qu’est-ce qu’une entreprise libérée ?

« La notion d’entreprise libérée (holacratie) désigne des organisations qui fonctionnent sur le fait que plus on leur laisse la liberté de s’organiser, plus les collaborateurs s’efforceront d’assumer au mieux leurs responsabilités. C’est une transformation en profondeur des rapports hiérarchiques et des pratiques de gestion. Le pouvoir de décision est redistribué au plus proche du terrain. »

Pour l’appliquer, la première étape est de remettre l’humain au centre de l’entreprise. Les clés de la réussite ne sont pas des processus. Cela demande également une conviction intime de la part du management de l’entreprise. Il est indispensable de se libérer d’habitudes prises et apprises. Le travail n’est pas une valeur morale.

La première réaction des participants face à ce concept est très positive : enthousiasme, confiance, créativité, plaisir, solidarité… Quelle entreprise ne rêverait pas d’inspirer des qualificatifs si positifs à leurs collaborateurs ? 

img_2990

 

Une transition délicate qui se prépare

Cependant, les premiers prérequis, freins ou contraintes sont rapidement relevés : C’est une transition qu’il faut oser et dont on craint la complexité, notamment la dispersion de la hiérarchie.

L’entreprise doit aussi savoir impulser la confiance et la solidarité entre les collaborateurs et les équipes. Sur cette solidarité repose l’équitable répartition de la charge de travail et la solidité du modèle à moyen terme.

Une transition vers la libération du travail doit donc avant tout se préparer et se construire de manière transversale sur le long terme : supprimer les phases intermédiaires de contrôle, amener les collaborateurs à prendre plus de responsabilités tout en veillant à la productivité.

Une bonne communication au sein de l’entreprise et une appropriation du modèle par les collaborateurs est indispensable pour cette transition. Ils doivent se sentir rassurés et valorisés dans cette démarche, dont ils doivent aussi comprendre et intégrer le sens.

 

Accompagner ses collaborateurs

Les règles et l’organisation de l’entreprise rassurent les collaborateurs, encadrent leur rôle et leurs responsabilités. Les participants du forum ont été une majorité à rappeler que les individus ne sont pas tous ni prêts ni volontaires pour travailler dans une entreprise libérée. Pour certains le sentiment de sécurité des collaborateurs peut être ébranlé dans un contexte d’entreprise libérée. Il est donc important de rappeler que cette transition doit être accompagnée sur la durée et doit prendre en compte la maturité, la personnalité et surtout la volonté des collaborateurs à aller dans cette direction.

Pour certains cela sous-entend la nécessité d’un cadre et de règles. Pour une entreprise souhaitant libérer le travail, il faut aussi pouvoir compter sur un leader capable de fédérer les collaborateurs autour de sa vision et impulsant cette volonté à l’ensemble de l’entreprise.

img_5350

 

Les limites du concept

Pour d’autres cela n’est possible que dans certaines structures (plutôt petites, start-up, jeunes, dans certains secteurs d’activité et pas dans d’autres…) et donc dépend du contexte, du type et de la culture de l’entreprise.

D’autres rappellent encore que ce modèle peut rapidement s’essouffler et correspond finalement plutôt à une utopie. L’exemple cité par les participants est souvent le cas des start-ups qui démarrent comme entreprises libérées et qui en grandissant voient ce modèle s’essouffler pour redevenir plus « classique ».